Votre Langue: Français

Bienvenue dans notre magasin!

0
Il n'y a aucun objet dans votre panier.

0

Qui sommes-nous

Building Annedda

 

À l’origine, la tradition

Annedda, « arbre de vie », c’est le nom que donnaient les Amérindiens de Stadaconé (Québec) l’arbre dont ils broyaient l’écorce pour en faire une tisane afin de guérir du scorbut l’équipage de Jacques Cartier immobilisé dans les glaces du Saint-Laurent durant l’hiver de 1535. Historiens et naturalistes se querellent encore pour identifier l’arbre mythique qui sauva miraculeusement la vie des marins en proie à « la grosse maladie », comme l’appelait le capitaine Cartier dans ses récits. Laissons les historiens à leurs querelles, retenant que le « miracle » ne pouvait que venir de l’un de nos grands conifères locaux.


La science à la rescousse

Quatre siècles plus tard, un chercheur français, de passage au Québec, fut intrigué par cette histoire d’Annedda, « arbre de vie » : Jacques Masquelier était alors sur le point de découvrir les propriétés des proanthocyanidines que renferme l’écorce du pin blanc (Pinus strobus). Ces substances antioxydantes allaient faire l’objet de recherches intensives au cours des décennies 1960, 70 et 80.


Ces recherches intéressaient au plus haut point le Québécois Mario Borduas, fondateur de l’entreprise Atsenti, fabricant d’extraits médicinaux de qualité pour l’herboristerie et l’industrie des produits de santé naturels (PSN). Visionnaire curieux et créatif, cet entrepreneur n’hésita pas à s’entourer de chercheurs chevronnés afin de percer les secrets de l’Annedda, « Arbre de vie » : identifier les substances actives, les extraire adéquatement et les purifier pour en tirer un produit hautement efficace et sécuritaire, un ingrédient médicinal de qualité pharmaceutique, approuvé comme tel par Santé Canada.


« Pour tirer le maximum des propriétés médicinales de l’écorce de pin blanc, souligne Mario Borduas, il fallait pénétrer à l’intérieur de cette substance, en comprendre la structure moléculaire intime. C’est précisément ce que nous avons fait dès le début de la décennie 1990 : nous avons réellement mis au point un procédé d’extraction naturel qui respecte l’intégrité de l’écorce de pin tout en fournissant le meilleur ingrédient qui soit pour la fabrication de produits de santé naturels efficaces et sécuritaires ». Il est d’ailleurs intéressant de noter que les résultats récemment obtenus (août 2013) par d’autres chercheurs, un peu partout dans le monde, confirment ce qu’avaient découvert, il y a près de 20 ans, les membres de l’équipe de Mario.


Alors qu’il étudiait encore au collégial, Mario se destinait à la médecine, parce que le sujet le passionnait et que deux de ses oncles étaient médecins. « Mais j’ai rapidement compris que ce n’était pas en devenant médecin que je pourrais être vraiment utile : la médecine enseignée alors était trop centrée, selon moi, sur les produits de synthèse mis au premier plan par l’industrie pharmaceutique ». Il a donc acquis une ferme s’est mis à la culture de plantes médicinales. Puis il a construit une distillerie pour extraire les huiles essentielles, l’esprit des plantes et il a poursuivi ses recherches en isolant, extrayant et purifiant les molécules actives des plantes médicinales. Il a d’abord consacré cinq ans de recherches à l’extraction des proanthocyanidines de l’écorce du pin blanc de l’Est de l’Amérique du Nord. Et il continue depuis. « Je peux affirmer aujourd’hui que je sais ce qui fait qu’un produit de santé naturel sera médiocre, passable ou excellent ».


Et, en matière de produits de santé, Mario ne se contente que de l’excellence et n’accepte rien de moins. Soufrant d’arthrose chronique depuis plus de trente ans, ce qui avait nécessité une intervention chirurgicale à la colonne vertébrale, la maladie ayant progressé au point qu’il ne pouvait plus bouger, il lui fallait trouver des solutions. Il était par conséquent très motivé à poursuivre ses recherches sur les anti-inflammatoires naturels. « À cause de ma maladie, je devais prendre des anti-inflammatoires de synthèse comme le Vioxx. Je savais intimement qu’il était possible de faire mieux, et j’ai cessé de prendre des anti-inflammatoires de synthèse avant même que Vioxx ne soit retiré du commerce en raison de ses effets indésirables ».


Tradition et modernité alliées

Atsenti participa donc activement au développement de technologies modernes fondées sur des connaissances scientifiques de pointe afin de trouver comment extraire les substances actives de l’écorce de pin pour produire des extraits médicinaux de la plus haute qualité. L’entreprise dispose, à Saint- Hyacinthe, d’installations modernes lui permettant de fabriquer des PSN et des nutraceutiques qui se conforment aux exigences BPF (licence d’exploitation émise par Santé Canada)1


Le produit phare d’Atsenti, l’extrait d’écorce de pin blanc normalisé à 95 % de proanthocyanidine, fait l’objet d’une licence mondiale exclusive, émise dès 1997 par Agriculture et Agroalimentaire Canada2, pour son procédé d’extraction, de purification et d’isolation des substances actives de l’écorce de pin blanc. Le pin blanc est abondant dans l’Est du Canada et son écorce constitue une matière première d’une qualité exceptionnelle puisque l’arbre prolifère dans des régions exemptes de pesticides, d’engrais chimiques et d’autres sources de pollution industrielle.


L’entreprise a donc lancé la gamme Annedda® dont chacun des produits renferme, entre autres ingrédients, son extrait exclusif d’écorce de pin blanc.


Mais ses activités sont fort loin d’être limitées à cet extrait. L’équipe d’Atsenti fabrique également des extraits de chou rouge, de bleuet sauvage, de canneberge, de racine de griffe du diable, etc. pour la formulation des divers produits de la gamme Annedda® qui ciblent une panoplie de problèmes de santé.


Dans le cadre de ses activités de production d’extraits végétaux de qualité médicinale, Atsenti dispose d’ailleurs d’une licence mondiale pour la fabrication et la commercialisation d’un séchoir spécialisé, sur lit à jet rapide de particules inertes, émise par Ressources Naturelles Canada3. Un procédé qui permet d’obtenir des extraits de très haute qualité parce qu’ils sont séchés rapidement, à basse température.


1- Licence d’exploitation manufacturière, conforme aux BPF, # 300173, émise par Santé Canada, depuis 2005.

2- Licence # LIC-01185-326934, émise par Agriculture et Agroalimentaire Canada pour un procédé mondial exclusif d’extraction, de purification et d’isolation des substances actives de l’écorce de pin blanc.

3- Licence mondiale #CA0505-A-41 pour la fabrication et la commercialisation d’un séchoir spécialisé, sur lit à jet rapide de particules inertes, émise par Ressources Naturelles Canada (Canmet Énergie), 2009.

Pour plus d'informations, visitez : www.atsenti.com